Foire Aux Questions

Traitement Anti Cellulite

1. Pouvez-vous expliquer en détail le mécanisme d’action d’Onda ?

Dans notre société moderne, la technologie micro-onde est très populaire et n’est pas nouvelle dans les applications médicales. De nos jours, elle est utilisée dans beaucoup de spécialités médicales, y compris en oncologie. Les Coolwaves™ ciblent les cellules graisseuses de façon sûre, efficace et non invasive grâce à la fréquence utilisée.

En physique, la peau se comporte différemment lorsqu’elle est soumise à différentes fréquences (c’est un comportement diélectrique). La peau permet à l’énergie à haute fréquence de passer, mais elle ne le permet plus lorsque la fréquence de cette même énergie diminue.

Autrement dit, c’est la fréquence qui détermine les propriétés de passage dans la peau.

Techniquement parlant, la « conductivité de la peau » est une caractéristique physique qui identifie la propriété d’un tissu biologique pour transférer l’énergie reçue d’une source extérieure (pièce à main micro-onde) vers des tissus environnants.

La conductivité est liée à la fréquence appliquée. Autrement dit, la peau est un obstacle (moins de conductivité) aux énergies basses fréquences (du kHz au MHz), et est plus perméable (plus de conductivité) aux énergies hautes fréquences (du MHz au GHz).

La fréquence d’Onda est de 2,45GHz. À une telle fréquence, la peau est quasi « transparente » lors du passage de l’énergie, cette dernière étant presque entièrement dirigée vers la couche graisseuse sous-cutanée. Cela permet de protéger les couches superficielles cutanées de la chaleur et de les maintenir fraîches. C’est pour cela que les micro- ondes d’Onda sont à présent dénommées Coolwaves™.

En chiffres (A) :

– 80% de l’énergie des Coolwaves™ cible les cellules graisseuses.

– 20% de l’énergie est absorbé par l’épiderme et le derme (et est contrebalancé grâce au système de refroidissement intégré, limitant l’effet de la chaleur et protégeant l’épiderme).

Comparaison avec les appareils (de type lasers) à Radio Fréquence :

La situation est assez différente avec les pièces à main à radiofréquences (RF) (image B). Pour les CoolwavesTM, la conductivité des couches superficielles de la peau est au moins 3,5 fois plus élevée que celle des systèmes d’irradiation RF les plus utilisés en médecine esthétique (graphique C). Cela signifie que la majorité de l’énergie Radio Fréquence reste bloquée dans l’épiderme et le derme, les chauffant à tel point qu’il existe un risque de dommage des tissus. De plus, quand l’énergie RF reste proche de la surface, elle ne peut pas atteindre l’hypoderme, où se trouvent les cellules graisseuses, et dont les membranes doivent être rompues pour que le traitement soit efficace.

2. En termes d’Hertz, quelle est la différence entre la radiofréquence (RF) et les micro-ondes ?

Selon la Radio Society de Grande-Bretagne (RSGB), les radiofréquences varient de 30kHz à 1GHz, et les micro-ondes de 1GHz à 100GHz.

Même si dans certains cas la frontière entre radiofréquences et micro-ondes est plutôt arbitraire et peut varier selon les différents champs d’étude, la fréquence de 2,45GHz correspond bien aux micro-ondes. De plus, cette fréquence conserve tous les avantages des micro-ondes, y compris les propriétés de sélectivité et de profondeur d’action pour traiter les tissus.

3. Où se situent ONDA et ses Coolwaves™ par rapport à tous les autres systèmes qui affirment proposer une magnétothérapie en plus de la radiofréquence (RF) ?

Les RF, avec ou sans champ magnétique, ne sont pas capables de stimuler le collagène, d’atteindre une température de 50°C à 55°C dans la graisse et de traiter efficacement la cellulite. Pour des explications plus détaillées, veuillez-vous référer à la question n°1.

4. Quelle est la différence entre Onda™ et un four à micro-ondes qui émettent tous les deux une fréquence de 2,45GHz ?

Le four à micro-ondes est un appareil très répandu, utilisé au quotidien. Il émet à 2,45GHz au moyen d’une antenne à émission libre. Le champ électromagnétique généré est de type « radiatif » (émission libre) et circule librement, rebondissant sur les parois métalliques du four à micro-ondes (c’est pour cela que lorsque vous ouvrez la porte d’un four à micro-ondes, l’émission s’arrête soudainement afin d’éviter tout danger). Dans ces conditions, la nourriture, qui absorbe les micro-ondes grâce à ses molécules d’eau, dissipe et convertit en chaleur le rayonnement électromagnétique, qui n’est « rappelé » par aucune électrode de référence (émission incontrôlée).

À la différence du four à micro-ondes, les émissions Onda sont hautement contrôlées. Tout d’abord, ces émissions partent d’électrodes émettrices centrales et sont « rappelées » par l’électrode de référence circulaire périphérique. Cela permet de contrôler la profondeur d’action et d’éviter toute transmission ou propagation incontrôlée dans le corps. Ainsi, aucun organe ou tissu autre que celui traité n’est atteint par le rayonnement électromagnétique. Cela fait d’Onda un système très sûr !

 

De plus, les deux pièces à main en attente de brevet sont uniquement activées lorsqu’elles sont en contact avec la peau. Ainsi, si la pièce à main ne touche pas entièrement la peau, l’émission sera interrompue. Cela assure un contrôle total de la puissance émise.

5. Qu’en est-il de la « profondeur focale » des 2 pièces à main d’Onda ?

La profondeur focale des pièces à main d’Onda dépend de leur conception (brevet imminent) qui permet d’obtenir différents niveaux de profondeur. La pièce à main Deep (profond)  produit une chaleur plus étendue et profonde, conduisant à la lipolyse des cellules graisseuses, à la solubilisation des fibres de collagène profond avec un remodelage conséquent, et à des nouvelles fibres de collagène plus élastiques produites grâce à la stimulation des fibroblastes. La pièce à main Shallow (superficiel) conduit une chaleur plus concentrée et superficielle, produisant une hyperthermie contrôlée qui contribue à la solubilisation des fibres de collagène et au rétrécissement des fibres de collagène superficielles.

On obtient ainsi un effet raffermissant et remodelant sur le tissu conjonctif superficiel.

 

La pièce à main Deep : Recommandée pour la graisse localisée et la cellulite profonde

La pièce à main Shallow : Recommandée pour le raffermissement de la peau et la cellulite superficielle

6. Comment les 2,45GHz peuvent-ils fonctionner sur les trois principales imperfections corporelles (graisse localisée, cellulite et relâchement cutané) ?

L’action des Coolwaves™ sur la graisse

L’action ciblée des Coolwaves™ sur le tissu adipeux produit les effets suivants :

1. Remodelage des tissus conjonctifs grâce au changement thermique des adipocytes, ce qui conduit à l’étape n°2.

 

2. Les adipocytes libèrent plus de lipides que leurs capacités physiologiques, au moyen d’un mécanisme appelé « blebbing ».

3. Le « blebbing » devient si intense qu’il produit un effet de lyse des cellules adipeuses, entraînant une rupture de la membrane adipocytaire.

4. Les nombreuses gouttelettes de graisse déversées dans le tissu conjonctif interstitiel stimulent le rappel des macrophages, qui ont pour but de « nettoyer » l’interstitium cellulaire de l’excès d’acides gras et d’engloutir l’excès de graisse.

5. Lorsque l’état de normalité est rétabli, les macrophages migrent vers le système lymphatique.

7. Quelle est L’action des CoolwavesTM sur la cellulite ?

Introduction :

Chez la femme, l’hypoderme se compose de petites « poches » (lobules) séparées par des parois parallèles (septa). La cellulite résulte à la fois de l’accumulation de graisse dans le tissu adipeux (les cellules graisseuses hypodermiques) et de la rétention d’eau autour de ces cellules (dans le derme et l’épiderme). La graisse (lorsque le volume des adipocytes augmente) et l’eau s’accumulant dans ces poches (l’œdème est dû à la mauvaise élimination), les parois sont alors compressées, endommageant la microcirculation et la forme naturelle de la cellule. Ces parois étant attachées au derme, elles poussent la peau vers la surface tandis que les cellules graisseuses poussent vers le derme. En d’autres termes, lorsque les adipocytes grossissent ou que l’œdème grossit trop, les « enveloppes » qui les contiennent changent de forme et appuient sur la peau. Cela résulte en une apparence de « peau d’orange ». Avec le temps, quand la condition s’aggrave, la graisse et l’eau sont entièrement piégées dans les septa durcis, composés de tissus conjonctifs fibreux.

C’est la condition la plus répandue, au moins pour les personnes de type caucasien, où la cellulite est très souvent associée à une augmentation du volume des adipocytes, composés de cellulite et de graisse. Dans ce cas, il est possible d’agir de deux façons :

 

1) En agissant directement sur les septa de collagène, en particulier dans la partie supérieure du derme. Pendant que les septa (qui, à cause de la cellulite, sont fibreux et donc moins élastiques) se solubilisent, ils sont régénérés avec des nouvelles fibres élastiques de collagène. Le résultat final est une amélioration visible de l’aspect peau d’orange ainsi que la « restriction » du lobule graisseux lui-même.

 

2) En réduisant le volume des adipocytes, avec une action ciblée, pour réduire leur compression sur les vaisseaux hypodermiques. Le volume total de lobules diminue, avec pour conséquence une traction plus faible sur les septa. Compte tenu de l’introduction ci-dessus, l’action ciblée des CoolwavesTM sur la cellulite est menée sur :

1- La couche adipeuse sous-cutanée, comme expliqué précédemment dans la rubrique

« L’action des Coolwaves™ sur la graisse »

2- Les septa fibreux de collagène

La texture « peau d’orange » typique de la cellulite est déterminée par la présence constante de larges septa fibreux de collagène (parois dans le tissu conjonctif) qui entraînent une constriction de la lobulation naturelle du tissu adipeux, ainsi qu’une hypertrophie adipocytaire et une rétention d’eau.

L’énergie des Coolwaves™, absorbée par les branches conjonctives fibreuses, provoque la solubilisation du vieux collagène, avec pour conséquence un débridement non élastique autour des lobules.

La solubilisation du collagène, en plus d’atténuer l’apparence « matelassée » de la peau, permet également de réactiver les fibroblastes qui sont stimulés pour produire un collagène nouveau et plus élastique.

On observe alors la disparition de l’aspect peau d’orange. L’action des Coolwaves™ permet également d’améliorer/de rétablir les conditions physiologiques des tissus qui ont été compromis par la cellulite.

3- L’action des Coolwaves™ sur la flaccidité :

La chaleur émise par les Coolwaves™ produit un rétrécissement immédiat des fibres de collagène dans le derme, avec pour conséquence le raffermissement cutané. L’effet final est une amélioration de la laxité de la peau.

9. Quel est le point fort d’ONDA ? Sur quelles régions/zones les résultats sont-ils les plus visibles en faisant le moins de traitements ? Quelles zones ne sont pas propices à de fortes améliorations ?

Puisque chaque patient est différent, il est impossible de prédire les zones les plus réactives en termes de traitements et/ou de résultats. Nous pouvons affirmer que les traitements de la cellulite et le tightening obtiennent des résultats rapides par rapport aux résultats obtenus suite à un traitement de la graisse localisée (surtout sur l’abdomen)

8. Qu’en est-il du mécanisme d’action sur le raffermissement de la peau et la réduction de la cellulite avec la pièce à main Deep ?

Il semble que le tightening et la réduction de la cellulite soient un résultat annexe/effet secondaire alors que 80% de l’énergie est délivré dans la graisse.

10. À cette fréquence (2,45GHz), comment les micro-ondes peuvent- elles être sans danger ?

Suite aux recherches qui ont été menées dans les laboratoires DEKA (et comme mentionné à la question n°3), Les ingénieurs ont conçu les deux pièces à main pour atteindre une profondeur efficace de façon sûre :

– La pièce à main Shallow est dotée d’une focalisation de la chaleur à 0,7cm de profondeur maximum

– La pièce à main Deep est dotée d’une focalisation de la chaleur à 1,2cm de profondeur maximum, entièrement absorbée par la graisse (il ne s’agit pas de graisse viscérale, ainsi nous sommes certains qu’il n’y a pas d’interaction avec des muscles ou d’autres organes vitaux)

Pour préserver l’épiderme, les deux pièces à main Onda disposent d’un système de refroidissement intégré.

11. Quelle est la température corporelle atteinte lors d’un traitement ?

Pour que la graisse fonde, les couches graisseuses sous-cutanées atteignent une température entre 50°C et 53°C.

12. Comment peut-on prendre la température des couches adipeuses ?

Bien qu’il soit impossible de prendre la température des couches sous-cutanées depuis l’extérieur de la peau durant le traitement, il est possible d’en connaître la température. Après une séance, la température atteint environ 38°C à 39°C avec la pièce à main Deep, et/ou 39°C à 42°C avec la pièce à main Shallow. Cela signifie qu’en profondeur, la température atteint 50°C à 53°C. Puisque ces données sont difficilement mesurables depuis l’extérieur de la peau, des sondes thermiques avaient été utilisées lors des études cliniques pour connaître la véritable température induite dans les couches adipeuses.

13. Quelles sont les contre-indications ?

La technologie Onda Coolwaves™ est efficace, performante et active. Elle est, à ce titre, soumise à certaines précautions pour éviter de traiter des zones sensibles ou non-compatibles. Le personnel scientifique du centre est habilité à mesurer votre profil de compatibilité avec le protocole.

Contre-indications : Après l’entretien préliminaire avec le patient, l’opérateur évaluera si le traitement est approprié, s’il faut le reporter ou ne pas l’effectuer. Afin d’identifier correctement les critères d’inclusion du traitement, certaines analyses biologiques pourraient être prescrites.

1. Contre-indications absolues :

  • Insuffisance ou troubles cardiaques
  • Maladies vasculaires graves
  • Implants cardiaques/pacemakers
  • Néoplasie au cours des 5 dernières années
  • Insuffisance/dysfonctionnement rénal(e) et hépatique
  • Phlébite active, thrombophlébite, phlébothrombose
  • Grossesse et allaitement (jusqu’à 10 mois après l’accouchement)
  • Maladies infectieuses (en particulier les hépatites B et C)
  • Troubles de la coagulation/diathèse hémorragique
  • Organes greffés
  • Diabète décompensée de type I et II

2. Contre-indications relatives :

  • Pathologies cutanées
  • Troubles cutanés stimulés par la chaleur, tels que l’herpès simplex récurrent dans la zone à traiter (évaluer l’utilisation d’une prophylaxie)
  • Traitements anticoagulants et antiagrégants (possibilité d’érythème persistant)
  • Lipomes dans la zone à traiter
  • Maladies auto-immunes
  • Patients ayant des attentes irréalistes
  • Patients ayant un IMC > 30 (le traitement Onda n’est recommandé que pour la graisse localisée et non l’obésité)
  • Hypertriglycéridémie et hypercholestérolémie
  • Présence de tissu fibreux et en particulier de tissu relâché
  • Patient mineur

3. Zones à exclure du traitement :

  • Tête et cou
  • Décolleté et poitrine
  • Tatouages ou maquillage permanent sur la zone à traiter
  • Organes génitaux
  • Membranes muqueuses
  • Protubérances osseuses
  • Tissu dont l’épaisseur de la couche adipeuse est limitée (< 1cm)
  • Varices
  • Zones présentant des inflammations aiguës (éruptions cutanées, inflammation, hématome, plaies, etc.)
  • Plaies ouvertes
  • Implants permanents dans la zone à traiter, tels que plaques en métal/plastique, prothèse et vis ou substance chimique injectée, injections de graisse ou prothèses en silicone, etc…
  • Piercing sur la zone à traiter
  • Stations ganglionnaires lymphatiques
  • Artères et veines fémorales, subclavières et brachiales
  • Zones où le patient ne ressent pas la douleur
  • Zones présentant une diminution ou une absence de sensibilité
  • Tissus ischémiques de patients présentant des troubles vasculaires dont la circulation sanguine est insuffisante pour couvrir l’augmentation des besoins métaboliques (risque de nécrose)
  • Parties de la colonne vertébrale soumises à une laminectomie
  • Hernies
  • Lipomes
  • Tissu fibreux et en particulier tissu relâché

A noter : une pilosité trop dense sur la zone à traiter entraîne un découplage de la pièce à main et de la peau, donc une efficacité moindre en résultera.

14 .Quels sont les effets secondaires potentiels (dans les jours qui suivent le traitement et à long terme) ?

Effets secondaires possibles :

Des effets secondaires légers, tels que des démangeaisons, de l’engourdissement, de la rigidité, de la chaleur, de l’endolorissement, des rougeurs, des gonflements, des brûlures, des contusions, des nodules et des cloques, sur la zone traitée sont généralement passagers et disparaissent quelques jours après le traitement.

15. Y a-t-il un risque de formation de nodules/d’irrégularités ?

Il n’y a pas de risque si les pièces à main sont en mouvement permanent et si les consignes sont respectées.

16. Les traitements ont-ils des effets à long terme sur le sang ou les lipides ?

Les prises de sang réalisées lors des études cliniques n’ont révélé aucun changement au niveau sanguin ou lipidique. Pour plus de détails, veuillez lire l’article scientifique intitulé « Results on SubdermalFatTissueReductionUsinga NovelMicrowaveBasedBodyContouringSystem »,P.Bonan etal. –Oct2018

17. Quelles sont les instructions pré-traitement ?

Pré-traitement

1. Recommandations

Compte tenu du haut degré d’absorption des micro-ondes par l’eau, il est recommandé d’interrompre l’utilisation de crèmes hydratantes et adoucissantes sur la zone à traiter au moins une semaine avant la séance. Ainsi, l’absorption des Coolwaves™ dans les couches superficielles de la peau diminue, tandis que le taux d’absorption dans les tissus adipeux augmente. Le patient devrait boire 2-3 litres d’eau par jour pour faciliter le drainage des liquides interstitiels. Il est recommandé de commencer ceci la veille du traitement et de continuer le jour suivant.

2. Avant de commencer le traitement

  • Avant de commencer le traitement, la zone concernée doit être nettoyée de toute impureté pouvant interagir avec les Coolwaves™ ou gêner les pièces à main. Retirer le maquillage, les lotions, les déodorants ou les pommades avec un savon doux, puis rincer abondamment à l’eau.
  • Raser les poils denses sur la zone à traiter pour améliorer le couplage entre la pièce à main et la peau.
  • Diviser la zone de traitement en sous-zones de 15x15cm.
  • Pour la graisse localisée, mesurer le pli cutané du patient, qui doit se tenir debout, dans les sous-zones carrées.
  • Le patient doit s’allonger sur le divan d’examen dans une position qui convient. Pour augmenter l’épaisseur du tissu adipeux et s’éloigner de la surface musculaire lors du traitement de l’abdomen, il est conseillé de positionner le patient avec le torse légèrement penché en avant.
  • Étaler une fine couche d’huile de vaseline pure (qualité pharmaceutique) sur toute la zone de traitement pour un bon contact de la pièce à main avec la peau, un meilleur couplage et des mouvements plus fluides. Utilisez une très petite quantité ! Il peut s’avérer nécessaire de réappliquer le produit pendant la séance

18. Quelles sont les instructions post-traitement ?

Recommandations post-traitement

  •  Il est suggéré d’effectuer un massage drainant lymphatique après chaque séance.
  •  Il est conseillé d’attendre 3 à 4 semaines (selon le traitement effectué) avant de traiter à nouveau la même zone. Pour connaître l’intervalle à établir entre les séances, veuillez vous reporter à la question n°21.
  •  Le patient doit éviter toute exposition au soleil, en cas d’érythème (rougeurs), après la séance pendant 2 jours.
  •  Si la peau est légèrement rose ou rouge après la séance, le patient doit éviter de se laver à l’eau chaude jusqu’à ce que l’érythème ait disparu.
  •  Le patient doit avoir une alimentation saine, équilibrée et une activité physique modérée.

19. Quel est l’intervalle entre chaque séance ?

L’intervalle minimum entre chaque séance est de 4 semaines pour le traitement de la graisse localisée, et de 3 semaines pour le traitement de la cellulite et de la laxité cutanée.

20. Combien de zones de 15cmx15cm peuvent être traitées en une séance ?

L’opérateur peut traiter jusqu’à 8 zones de 15cmx15cm. En raison de la surcharge du système lymphatique et d’une élimination plus lente, les résultats seront visibles un peu plus tard par rapport à un traitement réalisé sur une seule zone.

21. Au bout de combien de temps les résultats sont-ils visibles ?

Le patient peut observer un début d’amélioration dès la première séance, mais pour obtenir des résultats plus tangibles, plusieurs séances sont nécessaires. Pour la graisse localisée, il faut généralement 2 à 4 séances pour obtenir de bons résultats (en fonction du point de référence et si le patient respecte les recommandations post-traitement), tandis que pour la cellulite et le tightening, les résultats peuvent être visibles après 2 séances (en fonction du patient).

22. Quelles sont les conditions qui peuvent empêcher Onda de fournir les résultats escomptés ?

Puisque l’eau absorbe les micro-ondes, il faut éviter d’effectuer les traitements Onda sur des tissus hyperhydratés. Les patients devraient donc cesser d’hydrater la zone à traiter avant le traitement. L’opérateur applique de l’huile de vaseline (qualité pharmaceutique, ne contenant pas d’eau) sur la peau pour un meilleur couplage de la pièce à main et pour étendre l’effet de refroidissement sur la zone à traiter. Ainsi, l’énergie des Coolwaves™ n’est pas perdue et elle peut être absorbée par le tissu adipeux sous-cutané de façon volumétrique (pour plus d’informations, veuillez-vous reporter à la question n°6).

En cas de rétention d’eau, il est recommandé d’effectuer un massage drainant avant d’effectuer le traitement ONDA.

23. Comment traiter la cellulite de phases 1 et 2 ? Combien de séances sont généralement recommandées ? Quelles sont les recommandations pré/post-traitement à faire part aux patients ?

Pour traiter la cellulite de phases 1 et 2 (œdémateuse/aqueuse), il est recommandé de drainer les jambes au moyen d’un massage lymphatique juste avant de commencer la séance (d’autres traitements de drainage conviennent également). Il est également important d’effectuer des massages entre les séances.

Les massages lymphatiques sont fortement recommandés afin d’obtenir des améliorations plus visibles.

Après une intervention chirurgicale, il faut d’abord attendre la cicatrisation complète de la zone avant d’effectuer un traitement ONDA.

24. Onda est-elle adaptée pour traiter les irrégularités causées par liposuccion ou Cryolipolyse ?

Les traitements ONDA peuvent être réalisés 6 mois après une liposuccion. Les patients ayant effectué une Cryolipolyse doivent attendre d’avoir totalement récupéré (pas de douleur, de gonflements, etc.).

25. Onda peut-elle traiter une zone tatouée ?

Puisqu’il est impossible de connaître le pigment exact du tatouage, il est fortement déconseillé de traiter une zone tatouée ou contenant du maquillage permanent. En effet, des composants métalliques présents dans le pigment peuvent interagir avec les Coolwaves™ et provoquer des effets néfastes.

26. Est-il possible de passer la pièce à main sur le nombril ?

Il n’est jamais recommandé de passer la pièce à main sur le nombril, parce qu’il est impossible de refroidir la peau à cet endroit. C’est pour cela qu’il vaut mieux traiter les côtés du ventre, sur des zones de 15cmx15cm, afin que le nombril ne soit pas en contact avec la pièce à main.

La graisse étant généralement concentrée dans la partie abdominale inférieure, le traitement doit être effectué sur cette partie, et la chaleur s’étendra vers les parties supérieures.

Puisqu’Onda est utilisée pour éliminer les irrégularités corporelles visibles et pour réharmoniser le corps, les traitements sur des zones supplémentaires doivent être évalués au cas par cas, en fonction des critères d’Onda.

27. La présence d’un implant en métal est-elle une contre-indication au traitement ?

Toute zone contenant un implant en métal est contre-indiquée au traitement.

28. Une patiente peut-elle se faire traiter avec Onda 40 jours après avoir accouché ?

Si la patiente allaite, la capacité du drainage lymphatique diminue. Il vaut donc mieux attendre la fin de l’allaitement avant d’effectuer un traitement. Si la patiente n’allaite pas, la capacité de drainage lymphatique est correcte, mais il est recommandé d’attendre au moins deux mois pour que l’utérus se rétablisse.

Nouveauté 2020 !